Conseil consultatif

Conseil consultatif

Le Conseil consultatif de Femmes et villes international guide le Conseil d’administration sur le développement et la planification de l’ensemble des programmes. Il a également vocation à :

  • assister le Conseil d’administration dans l’identification des ressources destinées à financer FVI ;
  • réviser et fournir des retours d’informations sur les supports et les propositions produites par FVI ;
  • aider à promouvoir les activités, les pratiques ainsi que l’avancement des connaissances de FVI ;
  • partager les connaissances, les pratiques et les supports pertinents avec les autres membres de FVI.

Tous les membres du Conseil consultatif se portent bénévoles et sont sélectionnés par le Conseil d’administration pour une période de deux ans, à terme renouvelable.

 

shaheen

Shaheen Anam, Directrice exécutive, Fondation Manosher Jonno

Shaheen Anam est la Directrice exécutive de la fondation Manusher Jonno Foundation (FMJ), une organisation qui subventionne le travail de petites et de grandes organisations œuvrant dans le domaine des droits humains et de la gouvernance au Bangladesh. Aujourd’hui, la FMJ finance directement et indirectement plus de 300 organisations. Avant son poste actuel, Shaheen a travaillé pour CARE Bangladesh de 1999 à 2002 en tant que Coordonnatrice pour le plus grand programme d’assistance alimentaire au monde (ayant un financement de l’ordre de 23 millions de dollars US par an, et employant une équipe de plus de 500 personnes). Elle a également travaillé au sein de la direction de plusieurs organisations internationales telles que le Programme des Nations Unies pour le développement et l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, au Bangladesh et à l’étranger. Elle a travaillé au Ministère de la femme et de l’enfant comme Directrice d’un projet sur l’égalité entre les sexes. Shaheen Anam détient une maîtrise en travail social du Hunter College School of Social Work à New York et une maîtrise en psychologie de l’Université de Dhaka. Elle est formée en thérapie de couple et en thérapie familiale.  Shaheen Anam est très impliquée dans le mouvement des femmes au Bangladesh. Il s’agit d’une militante reconnue dans le milieu des droits humains et des droits des femmes, ainsi que dans les mouvements des communautés marginalisées incluant les femmes, les enfants, les personnes avec handicap, les travailleuses du sexe, les groupes minoritaires, etc. Elle était membre du groupe qui a développé le Plan d’action national du Bangladesh (NAP) post Beijing. Elle milite activement pour que les institutions publiques et privées soient plus transparentes et rendent des comptes. Son travail porte sur la bonne gouvernance et la transparence dans le secteur à but non lucratif. Elle a facilité le processus ayant mené avec succès à la demande pour l’établissement de la Loi sur le droit à l’information au Bangladesh.

 

Lori Michau, Co-directrice, Raising Voices

Lori Michau est la co-fondatrice et co-directrice de Raising Voices, une ONG basée à Kampala en Ouganda dont le travail se concentre sur la prévention de la violence faite aux femmes et aux enfants. Lori coordonne également le Réseau de prévention de la violence basée sur le sexe avec plus de 380 membres dans la Corne, l’Afrique orientale, et l’Afrique australe. Avant de travailler à Raising Voices, Lori était la Coordonnatrice du développement des programmes à Jijenge! Women’s Center for Sexual Health à Mwanza en Tanzanie. Elle a écrit plusieurs articles et conçu des outils de programmes incluant <> et <>. Elle a obtenu une maîtrise en droits humains de l’Université de Makerere en Ouganda et travaille depuis l’Afrique orientale depuis 1995.

kihyun

Kihyun Mun, Coordinatrice de projets internationaux, Fondation de la femme et de la famille de Séoul

Kihyun Mun a étudié la littérature allemande et anglaise à l’Université nationale de Pusan. Elle a aussi obtenu une maîtrise en études internationales, avec une spécialisation en études nord-américaines. Elle a travaillé pour le gouvernement métropolitain de Séoul en 2005. Depuis 2009, elle travaille pour la Fondation de la femme et de la famille de Séoul en tant que Coordinatrice de projets internationaux.

joy

Joy N. Nyagah, Membre, Safe Spaces

Joy N. Nyagah est membre de l’organisation Safe Spaces à Nairobi, au Kenya. Le programme Safe Spaces a développé ses habiletés, son leadership et lui a donné les outils nécessaires pour la mener à son rêve. Safe Spaces lui a permis de devenir qui elle est aujourd’hui. Le programme lui a fourni un endroit sécuritaire et la chance d’être qui elle est. Elle a bâti sa confiance en elle-même, a appris à être une bonne leader et, surtout, a été éduquée quant à ses droits. Elle a découvert des moyens de surmonter les obstacles qui affectent les jeunes élevés dans les bidonvilles. En tant que membre du Comité consultatif, elle espère apprendre beaucoup, y compris comment conseiller les jeunes femmes vivant dans différentes villes, en particulier dans les bidonvilles et comment profiter des opportunités qui se présentent à elle dans l’environnement urbain. Elle adore jouer au basketball.

sara

Sara Ortiz Escalante, Spécialiste en équité des sexes à Propia Consultores et Collectiu Punt 6

Sara Ortiz Escalante est une consultante en équité des sexes ainsi qu’une chercheuse en matière de sécurité des femmes. Elle travaille depuis Barcelone en Espagne. Elle a effectué des audits portant sur l’égalité des sexes, a développé des plans pour l’équité entre les sexes, et a animé des ateliers sur la violence basée sur le genre, la prévention du harcèlement sexuel et des formations professionnelles pour les survivantEs. Avant cela, elle a travaillé avec Las Dignas au Salvador, des groupes communautaires dans le Mexique rural, et avec des survivantEs immigrantEs aux États-Unis. Elle est membre active du groupe Collectiu Punt 6 qui est composé d’urbanistes, d’architectes et de militantes féministes à Barcelone et milite pour l’inclusion d’une perspective de genre dans la planification locale. Sara détient un diplôme en sociologie de l’Université autonome de Barcelone, un diplôme en rapports sociaux de sexe de l’Université nationale autonome du Mexique et une maîtrise en urbanisme de l’Université d’Illinois à Urbana-Champaign.

kalpana

Erica Reade, Coordinatrice de programmes, LOVE

Erica Reade est Coordonnatrice de programmes au sein de l’organisation LOVE-US (Leave Out Violence : Vivre sans violence), un organisme basé à New York depuis 2011. LOVE a pour but de contribuer à la réduction et l’élimination de la violence dans la vie des jeunes et de leurs communautés en initiant un mouvement de jeunes porte-parole diffusant un message de non-violence. Le mouvement a été fondé au Canada au début des années 1990 et s’est installé à New York en 2003. L’organisme travaille avec des jeunes âgés entre 13 et 18 ans, afin de renforcer leurs capacités via un programme en arts médiatiques, une formation en leadership, et des comités pour la prévention de violence communautaire et contre la violence à l’école. Ces adolescentEs travaillent tout au long de l’année sur des programmes d’écriture, de poésie, d’art, de documentaires et de photographie. Avant cela, elle a travaillé avec la Commission Huairou, en tant que Chargée de programmes supérieure pour les campagnes de droits à la terre et au logement et de gouvernance. Elle s’est alors concentré sur sa passion, la sécurité des femmes et la lutte contre la violence. Ms. Reade a obtenu sa maîtrise en études internationales en 2008, avec une spécialisation en culture et médias au New School for General Studies de New York. Avant de déménager à New York, elle a obtenu son diplôme de premier cycle en développement international de l’Université McGill dans sa ville natale de Montréal, au Canada. Elle parle couramment le français. Erica n’est pas seulement dédiée au travail international, mais également aux questions de développement local. Elle a notamment organisé des ateliers d’auto-défense gratuits et des séminaires sur la prévention de la violence, et s’est impliquée à titre de bénévole auprès de jeunes femmes et de filles dans des programmes parascolaires. Elle est également photographe en herbe.

erica

Kalpana Viswanath, Présidente du Conseil consultatif de FVI, Jagori

Dr. Kalpana Viswanath, chercheuse et militante, travaille sur les droits de la femme depuis le début des années 1990. Elle est ancienne Directrice du projet Villes inclusives de genre, coordonné par Femmes et villes international et financé par le fond de l’ONU pour l’élimination de la violence faite aux femmes. Dr. Viswanath travaille avec Jagori, un centre de ressources pour les femmes à Delhi, depuis le milieu des années 1990. Elle a mené un nombre de recherches-actions sur le thème des femmes dans le milieu du travail, de la migration, de la sécurité urbaine et autres thèmes connexes. Dans le contexte du projet à Delhi pour des villes plus sûres, elle a mené des initiatives de partenariat avec les gouvernements locaux et autres parties prenantes de la société civile. Dr. Viswanath a également mené des recherches sur la sécurité urbaine en Asie du sud pour ONU-Habitat et l’agence onusienne ESCAP. Elle a effectué des présentations sur la sécurité et l’inclusion des femmes dans les villes dans de nombreux forums internationaux et a animé des formations sur les marches exploratoires sur la sécurité des femmes. Elle était chercheuse invitée au département d’études des femmes à l’Université Emory, à Atlanta, entre 2004 et 2005. Son travail a été publié dans plusieurs revues, périodiques et journaux.

lillian

Lillian Li-Rong Wang, Professeur en chef/Directrice, Département du travail social et des politiques sociales au centre de recherche de l’Université nationale de Taïwan

Lih-Rong (Lillian) Wang est ancienne directrice et professeure du Département de travail social de l’Université nationale de Taïwan, et occupe depuis 2006 la fonction de Directrice du centre de politique sociale de l’Université nationale de Taïwan. Elle a obtenu son diplôme de l’école de « Social Welfare » de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Ses recherches se sont concentrées sur la violence basée sur le genre, le genre et la santé, et le genre et le travail. Lih-Rong Wang a publié un livre, Women and Social Policy, ainsi que plusieurs articles. En plus de son travail académique, elle est activement impliquée dans des ONG et à divers niveaux d’agences gouvernementales taïwanaises pour y faire la promotion de l’égalité entre les sexes et les droits des femmes.